A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

le samedi, 14 mai 2011 à 19:00

Le dispensaire 5ème partie: Sortie en Cardiomobile malgache

La patrouille en route pour le lieu de l'accident.

15h10 Une patrouille de gendarmes débarque au dispensaire. Ils demandent un médecin pour venir faire le constat « sur le lieu d’un accident de la circulation mortel. » […]

le mercredi, 11 mai 2011 à 19:00

Le dispensaire 4ème partie: Les bouchers de Behenjy

Un des bouchers du marché de Behenjy.

Au dispensaire nous étions aux premières loges pour constater l’insécurité et la violence ambiante. […]

le dimanche, 08 mai 2011 à 19:00

Le dispensaire 3ème partie: Fifaliana

Fifaliana

Fifaliana est née lors de l’été 2009. Nous l’avons brièvement connue à la mi-janvier 2011, lorsque son père, son grand-père et ses tantes nous l’ont amené à la consultation. Alors que son carnet de santé montrait une prise de poids dans la norme jusqu’à ses six mois, c’est après la naissance de son petit frère que les choses semblent avoir commencé à se gâter. […]

le jeudi, 05 mai 2011 à 19:00

Le dispensaire 2ème partie: Une prise en charge semée d’embuches

A l'hôpital régional CHD2 d'Ambatolampy à 25 km au sud de Behenjy.

Malgré toute les défis posées par le travail au dispensaire, le plaisir de consulter des patients restait entier et il était étonnamment facile de se replonger dans le travail après avoir posé le stéthoscope pendant plus d’un an. Des mondes séparaient Genève de Madagascar. […]

le lundi, 02 mai 2011 à 19:00

Le dispensaire 1ère partie: Débuts difficiles

Le dispensaire.

La première chose que nous constations avant même de voir des patients, c’était qu’au niveau du ménage et de l’hygiène, il y aurait eu de quoi nous occuper pour un moment… Mais là n’était ni notre principal souci, ni celui du personnel sur place. […]