A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Médias

Notre projet vous intéresse? N’hésitez pas à nous contacter ici.

12 mars 2010 – Léman Bleu – Le Journal

Le Journal de Léman Bleu du 12/03/2010 - Kathleen Cornaille à l'ex-domicile de Genève/Hanoi

Le Journal de Léman Bleu du 12/03/2010 - filmé à notre ancien domicile.

Reportage Kathleen Cornaille.

Début du reportage au temps12:40 aux 3/4 environ du Journal réalisé au Salon de l’auto (!).

A quatre jours du départ, c’était un peu la panique à bord, les rdv s’enchainaient et nous peinions à avancer nos derniers préparatifs. Kathleen est venue « à la fin de sa journée » nous voir à la maison. Adorable, elle est restée près de 3h, à nous expliquer, discuter, filmer, amadouer les enfants surexcités!

22 mars 2010 – Migros Magazine – Les Chaines du Bonheur

Les chaînes du bonheur - Migros Magazine du 22/03/2010 - Texte Virginie Jobé, Photos Dorothée Baumann

Texte Virginie Jobé, Photos Dorothée Baumann.

Notre premier interview… Quelle chance de tomber sur Virginie. Et sur le pas de porte finalement elle put nous parler de son voyage… Merci encore!

Quant à la session photo avec notre amie Dodo. Un froid de canard qui ne put empêcher des adieux émouvants.

25 mars 2010 – Freiburger Nachrichten – Mit dem Liegevelo nach Hanoi

Mit dem Liegevelo nach Hanoi

Texte Imelda Ruffieux.

Reparler allemand après 15 ans à Genève…

31 mars 2010 – La Liberté – A vélo, en famille, de Genève à Hanoi

Texte Claude Marthaler.

Nous le considérons comme notre saint protecteur des voyages… Avec Claude nous passons toujours des moments de franche rigolade. Sauf peut-être lors de notre départ le 15 mars où il nous a gentiment accompagné jusqu’aux portes de Genève, alors que nous croulions sous le poids de nos bagages et que nous réalisions peut-être l’énormité de notre entreprise!